Comment contribuer ?

Comment contribuer ?

Les soins apportés aux animaux, le nourrissage et l’entretien des structures représentent une main-d’œuvre et un coût financier importants, votre aide est nécessaire.

Etre bénévole

Etre bénévole, c’est soutenir l’association et son hôpital dans l’action.
L’association mobilise l’énergie d’une centaine de bénévoles impliqués au service de l’environnement. Les bénévoles peuvent s’impliquer dans différents projets de Goupil Connexion en fonction de leurs envies, compétences et disponibilités :

  • Etre transporteur ou « taxifaune » et contribuer à l’acheminement des animaux en difficulté de leur lieu de découverte vers l’Hôpital Faune Sauvage. Suite aux appels des découvreurs, les relais sont organisés entre les bénévoles pour permettre aux animaux d’arriver le plus rapidement possible à l’HFS (Laroque, 34). La possibilité de prise en charge rapide d’un animal en détresse conditionne ses chances de guérison et de réintroduction dans la nature.
  • Etre aide-soigneur et venir en appui de l’équipe de l’HFS pour nourrir les animaux et entretenir l’hygiène des volières.
  • Etre vétérinaire relais et permettre la prise en charge rapide des animaux en difficulté.
  • Participer aux chantiers et travaux de l’HFS pour améliorer et entretenir les locaux d’accueil des animaux.
  • Participer aux « opérations caddies » pour récolter des denrées pour les animaux. Faites connaître vos talents et envies en nous contactant par mail : contact@goupilconnexion.org.

Etre membre adhérent

Etre adhérent, c’est soutenir les projets de l’association et son hôpital pour la faune sauvage. La cotisation formalise cet engagement en apportant une aide financière.
Les adhérents sont inscrits sur la liste de diffusion de la lettre d’information et participent régulièrement aux actions et évènements organisés par l’association (relâchés, stands, conférences, etc.). Les enfants adhérents peuvent s’inscrire au club Connaître et Protéger la Nature. Les membres sont également invités aux Assemblées Générales et sont éligibles au Conseil d’administration (composé d’administrateurs élus en AG).
Adhérer par courrier
Adhérer en ligne


Etre donateur

Dons financiers

Etre donateur, c’est rendre réalisables les projets de l’association et de l’hôpital.
Soutenez l’association en effectuant un don ponctuel ou des dons mensuels par prélèvement automatique : grâce à votre générosité et votre fidélité, vous donnez à notre équipe les moyens d’agir pour la faune sauvage. La mensualisation vous permet de nous aider à prendre soin des animaux tout au long de l’année. Vos dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66 %, dans la limite de 20 % du revenu imposable. Par exemple, un don de 20€ ne vous coûtera réellement que 6,80€.
Les entreprises aussi peuvent participer à la préservation de la faune sauvage ! Votre soutien financier est déductible des impôts : réduction d’impôts sur les sociétés de 60% du montant des dons, dans la limite d ‘un plafond de 5 % de votre chiffre d’affaires.

Donner par courrier
Donner en ligne

Dons matériels

Il peut s’agir de matériel durable en bon état que vous n’utilisez plus (boîtes de transport pour les chiens ou les chats, bacs, grandes cages, etc.), de matériel consommable (graines, croquettes, foin, etc.) ou encore de journaux, nécessaires aux fonds de cage.


Etre volontaire en service civique

Depuis 2012, Goupil Connexion a intégré des jeunes volontaires en Service Civique pour participer à ses actions.
De 18 à 25 ans, ils signent un contrat de 6 mois à 1 an et s’engagent à s’investir sur des missions particulières au sein de l’association. Ils sont basés à l’Hôpital Faune Sauvage de Laroque (34).


Etre stagiaire

L’association accueille des stagiaires pour effectuer des missions en lien avec l’HFS. Si vous êtes intéressé, envoyez votre candidature en exposant votre projet de stage par mail à l’adresse suivante : contact@goupilconnexion.org.


Etre observateur

L’HFS agit comme observatoire de la santé de la faune sauvage : toute la faune locale est propice à apporter des nouvelles connaissances, que l’animal soit vivant ou trouvé mort. En effet, les animaux morts permettent, grâce à leur autopsie, de suivre de plus près la santé de la nature.