Le projet

Le projet

Jusqu’en 2008, dans la région du Languedoc-Roussillon, aucune prise en charge de qualité de la faune sauvage n’existait. A la question “Animal sauvage trouvé en difficulté, que faire ? Qui appeler ?”, pas de réponse convenable. L’association Goupil Connexion s’est donc engagée sur cette voie passionnante avec deux évidences stimulantes : Si ce n’est pas nous, qui le fera ? Si ce n’est pas maintenant, quand ?

La décision de créer l’Hôpital Faune Sauvage Garrigues – Cévennes (HFS) est ainsi prise en 2008. Situé à Laroque en Nord Hérault, il a vocation à recueillir, soigner et réhabiliter des animaux sauvages locaux (oiseaux, mammifères, reptiles et batraciens) en détresse pour les relâcher dans le milieu naturel dans un souci de sauvegarde des espèces.

Cette activité est en progression constante : de 80 animaux accueillis en 2008, l’hôpital en comptait plus de 1 000 en 2013 et 1606 en 2014. Les animaux viennent principalement des départements du Gard et de l’Hérault. Ils représentent plus de 110 espèces différentes dont 84% d’oiseaux, 15% de mammifères et 1% de reptiles et amphibiens. Près de la moitié d’entre eux retrouve la liberté suite à leur prise en charge par l’HFS. Les relâchés sont l’occasion de sensibiliser le public à la faune sauvage locale.

L’équipe permanente est composée d’un salarié (depuis le printemps 2015), de 2 à 4 jeunes en service civique présents toute l’année (depuis 2012) et de bénévoles très actifs. Pour procurer à la faune sauvage des soins de qualité, l’équipe est conduite par Marie-Pierre Puech, vétérinaire de l’HFS et de Ganges.

L’HFS est un des rares centres de soins basés sur une structure vétérinaire en France avec un accès quotidien au plateau technique et à tous les équipements de la clinique vétérinaire de Ganges (salle d’opération, radiographie numérique, échographie, anesthésie grâce à une gazeuse, pose d’une perfusion…). Ainsi, plus de 300 radiographies, 60 chirurgies et 70 nécropsies peuvent être effectuées chaque année.

L’HFS vise également à développer la qualité des soins pour la faune sauvage à travers des travaux de recherche, des formations et la mutualisation des connaissances. L’objectif est d’acquérir plus de compétences collectives autour de "la santé de la nature" dans le bassin Méditerranéen, en relation avec les autres centres de soins en France et à l’étranger. L’HFS est notamment jumelé avec le GREFA (Grupo de Rehabilitation de la Fauna Autoctona y su Habitat), plus grand Hôpital Faune Sauvage d’Europe, et réalise dans ce cadre, de multiples échanges de compétences et de personnes.

De plus, l’HFS participe activement à l’avancée des recherches scientifiques et à l’amélioration des connaissances sur la faune sauvage :

  • son équipe réalise des suivis de nichoirs et bague des oiseaux relâchés en collaboration avec le CRBPO (Centre de Recherches sur la Biologie des Populations d’Oiseaux),
  • des prélèvements sanguins sont effectués en coopération avec les chercheurs du laboratoire de parasitologie du MNHN (Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris) : en 4 ans, 800 individus prélevés représentant 64 espèces différentes,
  • des autopsies et des radiographies sont réalisées sur les cadavres d’animaux trouvés morts pour comprendre la cause de leur décès,
  • un projet à venir en association avec l’ANSES afin de réaliser des prélèvements coprologiques permettant d’étudier l’antibio-résistance au sein de la faune sauvage.

Ces divers travaux permettent à l’HFS d’agir comme observatoire de la santé de la nature et de mettre en place des actions de prévention.